Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message : L'architecture fongique
Message Publié : 10 Mars 2019, 20:42 
Inil
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Message(s) : 13
L'architecture fongique
De l'art du myco-architecte à la culture magique de megamycètes par Scyla Thelas.

1- De la base :

Ce qui est d'une effroyable évidence, mérite ici pour les plus incultes... Encore que je doute que les simples d'esprits, les idiots et le commun trouvent ici de quoi satisfaire leur compréhension. Mais je disais donc que la base des choses m'oblige à dire que tous les champignons ne se valent pas quand on parle d'architecture. La mycologie est une science compliquée mais elle le devient mille fois plus quand il s'agit d'y mêler tout le savoir faire Telvanni afin de conduire à la culture magique de megamycètes.

"Cultiver un parterre de champignons n'a jamais fait pousser une Tel au fond de son jardin."

Il n'est pas d'avantage question de revenir sur les fondamentaux de mycologie et j'invite tous ceux dont les termes et préceptes seraient trop compliqués à passer leur chemin et éventuellement à ne réserver leur connaissance des champignons que pour la cuisine. A défaut d'en faire un toit, ils auront l'estomac bien rempli.

Dans le choix donc de l'espèce, le sorcier se limitera à sélectionner des macromycètes, c'est à dire des mycètes dont les sporophores sont visibles à l’œil nu. On parle aussi de grands champignons. Pareillement on choisira exclusivement des champignons à fructification dite épiges - qui poussent sur le sol- et non des champignons à fructification appelé hypogées -et qui poussent sous terre- plus connus sous le nom de truffes. Dans la collection amateur et dans la mycologie universitaire, l'identification des champignons supérieurs est basée sur les structures des sporophores. Le dernier point à prendre en compte dans la sélection est bien entendu, l'acclimatation et l'adaptation à l'environnement. Que l'on parle de simple champignons ou de culture magique, l'aspect essentiel à ne jamais omettre c'est qu'on parle de structure vivante. Tout l'art est de savoir faire pousser ces megamycètes et de plier leur développement aux désirs du sorcier-promotteur. Une Tel, reste une structure vivante. C'est pourquoi, celles ci ne s'épanouissent que dans des endroits bien particuliers.

Tout le reste n'est qu'esthétisme ; couleur, texture, forme...

Même s'il est communément reconnu, que certaines espèces offrent une meilleure protection et font un bien meilleur habitat que d'autres. Ces trois précautions prises, toutes les expériences sont réalisables et forment la base de l'étude de cet art séculaire. Mais cela va sans dire, même si je vais le dire pour les moins instruits, il est plus facile pour faire une Tel de cultiver une grande espèce que de partir d'une plus petite. On trouve en Morrowind tout un tas de belles espèces qui se prêteront parfaitement à l'architecture, alors inutile de vouloir partir d'une Russule émétique , à moins de vous appeler Divayth Fyr. Comme les artisans qui travaillent des matériaux nobles, certains sorciers-batisseurs ont leur espèce préférée et elle marque comme qui dirait leur signature.

2- La myco-alchimie :

La première étape quand vous avez trouvé le type de mycène qui convient est de le faire pousser. Il faut toujours partir des spores et non d'un champignon déjà en croissance sans quoi vous prenez le risque d'avoir des non conformités dans la structure et des défauts dans la conception. Retenez qu'il ne faut jamais faire confiance à la nature, elle est instable. Vous êtes votre meilleur garantie de réussite... Ou la pire...

Et une fois n'est pas coutume, reprenons pour être clair un peu des bases.

Pour se reproduire, le champignon n’a pas besoin que de libérer ses spores, contrairement à ce que l’on entend souvent. Les spores sont certes l’organe de reproduction du champignon mais pour qu’un nouveau champignon pousse à partir des spores d’un premier, plusieurs conditions doivent être réunies. En effet, lorsqu’une spore est libérée dans son nouvel environnement, il faut que celui-ci soit favorable à sa germination. Avec donc des conditions de température, d’humidité, de luminosité, etc… bien précises. Ensuite, la spore germée libère un filament de mycélium qui peut être mâle ou femelle. Il faut ensuite que deux filaments de mycélium de sexe opposés se rencontrent et se fécondent pour obtenir un bébé champignon.

Maintenant ce point éclairci, la première étape consiste à stériliser votre parc ou milieu de culture. Il ne faut surtout pas omettre cette étape car elle permettra d’éviter que d’autres micro-organismes, différents des champignons désirés, se développent dans le substrat et ne viennent parasiter votre culture. Prévoyez un parc assez important car non seulement vous aurez besoin de sélectionner les mycètes qui formeront votre habitat mais plus important, vous aurez besoin du reste pour en extraire le distillat qui viendra nourrir vos protégés.

Bien qu'il puisse varier d'une espèce à l'autre, il est admis comme raisonnable un délai de trois semaine après l'ensemencement. Prélever alors le tiers du substrat pour le distiller afin d'en récolter les essences végétales primales. Associées à de la poudre de Morpholites et raffinées, cela servira de complément nutritif magique à la culture mais aussi de catalyseur pour favoriser les implants magiques futurs. Pour le commun des mortels, il est de bon ton d'éviter l'utilisation de gemmes noires et de pierres sigilaires... Encore que...

Le raffinat ainsi constitué est à conservé dans des fioles en verre opaque. Il viendra alimenter le reste de la culture trois fois par jours à heure régulière pendant deux semaines. Au bout de ces deux semaines, vous devriez voir apparaître vos premiers champignons !

3- La culture des mégamycètes :

L'étape cruciale s'il en est !

Ou la dure réalité du choix car c'est bel et bien à ce moment qu'il vous faudra choisir les spécimens que vous sélectionnerez pour devenir la base fondatrice de la Tel. Seront privilégiés ceux au meilleur développement, les plus gros, les plus robustes. Chacun sera alors isolé afin qu'il ait à présent sa propre croissance. Sans vouloir vous gâcher la surprise, vous constaterez alors que vos champignons poussent à la vitesse grand V une fois qu’ils ont commencé à pointer le bout de leur chapeau. C'est vraiment impressionnant à voir.

Grace au traitement à base de Morpholites, quelques uns vont être capable de grandir entre un et trois mètres en l'espace d'un an. Le taux de réussite dépend de nombreux facteurs, ce qui explique une partie de la difficulté. Il y a bien sur la qualité de l'espèce choisie, les conditions de culture, les talents de l'alchimiste par la pureté du distillat qu'il a obtenu et du raffinat final qui a servit "d'engrais mystique" mais aussi par la qualité des Morpholites utilisées. Certains ont passé leur vie à essayer de créer un de ces mégamycètes !

Viendra alors l'autre moment important, l'implantation du champignon à l'emplacement désiré pour la Tel. Et là encore, le sorcier-batisseur devra prendre en compte tous les facteurs environnementaux avant la greffe. Un seul paramètre omis et c'est la mort assurée du greffon. L'opération se déroulera de nuit pour éviter le stress du mycète qui jusqu'ici aura été habitué à un environnement sombre. L'installation par elle même ne présentera pas de complexité particulière, tout bon jardinier devrait être capable de creuser un trou dans le sol et d'y planter le spécimen. Non, la vraie difficulté viendra du rituel d'implant d'une nouvelle Morpholite. Celle ci pour permettre la croissance de la Tel, devra s'insérer parfaitement dans la structure et être acceptée par la nature vivante du champignon. Le Telvanni pourra la rendre plus ou moins visible selon son désir ou encore complétement absorbé dans la "chair". Mais c'est surtout elle qui va permettre au sorcier d'influer directement sur les formes et espaces. La construction est en marche !

Les rituels d'implants se renouvelleront régulièrement au fur et à mesure de la pousse de la tour et de la conception des espaces. De nouvelles Morpholites seront ajoutées. Il n'y a pas de règles particulières quand au nombre final de gemmes à utiliser et donc de rituels à accomplir, cela dépend de la résistance de la structure vivante. Quand le sorcier sentira une résistance ou une faiblesse dans le champignon lui même, il est probable qu'il renforcera son œuvre avec plus de magie. Bien entendu, plus la structure devient complexe et vaste, plus la magie et la maitrise du sorcier sont sollicitées. N'est pas à la hauteur qui veut.

Il faut en moyenne entre vingt et trente ans pour rendre habitable une Tel. Durant ce laps de temps, un passage quotidien du sorcier est requis afin d'insuffler au champignon ses souhaits, de le contraindre en puisant dans la magie des pierres et de bâtir les différentes cavités ou formes. Mais là encore, cela dépend de la complexité de l'architecture choisie et des talents du bâtisseur. De plus comme la structure est vivante, elle se développe ou peut être développée tout le long de son existence. Volonté du sorcier ou pas, la Tel vit et sans contrôle -ou par esthétisme- des excroissances ou ramifications poussent ça et là.

4- Des règles de construction

La volonté du sorcier ne s’exerce pas simplement sur le champignon comme il l'ordonne. Même dans l'architecture, il y a des règles que la bienséance se veut d'appliquer. Il ne s'agirait pas de se retrouver avec un édifice de style sommaire et simpliste comme l'est le style Hlaalu. Tout bon Telvanni bâtisseur applique donc la Convention des Quatre Tests, vestige d'une règle architecturale Dwemer. Voici la partie tirée d'un texte écrit par Guylaine Marilie et qui traite d'architecture Dwemer.

"Le test des motifs oblige à chercher et à analyser les éventuels motifs existants avant d'agir, sans oublier que la plupart d'entre eux sont subtils ou bien cachés.

Le test du désordre exige une progression systématique quand aucun motif n'a été décelé. Si l'observateur a conscience que de nombreuses choses doivent être accomplies, mais sans ordre spécifique, la procédure consiste alors à toutes les définir et à les ordonner, puis à s'en souvenir une fois qu'elles ont été accomplies. Par exemple, si un élément doit être déplacé, l'observateur devra se remémorer sa position avant déplacement, afin de la comparer à la position après déplacement.

Le test du contournement requiert une étude approfondie de tout obstacle, prenant en compte les ressources et capacités de l'observateur. Si l'obstacle paraît difficilement franchissable, il faut trouver un moyen de le contourner.

Le test de la confrontation nécessite la même étude comparative que le précédent. Si jamais l'obstacle paraît difficilement franchissable, essayez de trouver le moyen de le contourner. Mais si cela s'avère impossible, affrontez-le de face. "

Un esprit avisé remarquera que ces quatre tests définissent à eux seuls les choix et les raisons de certaines constructions.

5- L'esthétisme :

Plusieurs sorciers Telvannii parmi les plus talentueux ont maintes fois voulu ajouter de nouvelles formes ou couleurs. Plusieurs technique au fil des années se sont ajoutées à la conception des Teel. Ainsi certains travaillent à la création de mycètes hybrides ou les associes avec organes végétaux. Il n'est pas rare de voir des plantes exotiques ou non pousser directement à l'intérieur des tours. Et que dire de l'extérieur !

Certains ont acquis une véritable réputation et se sont élevés par leurs talents de bâtisseurs. C'est le cas de Aerym Thelas et je ne saurai trop conseiller à ceux qui le peuvent de consulter son précis d'architecture et de formes fongiques : Première Ère. Il a offert à la société Telvanni des tours et édifices aux couleurs inédites et des composants différents et originaux...

Mais le plus important à retenir est que plus que de simples champignons, les tours Telvannii sont un écosystème à part entière.

6- En dehors des tours :

Bien sur il n'y a pas que les tours, les villes et villages Telvannii sont composés de champignons plus petits qui abritent la population. Ils peuvent être issus du même processus de construction, en plus modeste, mais ils sont souvent la résultante de la sporification des tours elle même. Car oui, les tours les plus puissantes, inondées de magie, sont capables de
faire fructifier les sols environnants. Ne reste alors plus qu'à creuser l'édifice pour y aménager une pièce ou au maximum deux. C'est de là que viennent ces curieuses petites habitations si charmantes et pittoresques.


__________
Références [HRP]
- Divers précis de mycologie
- Maison Telvanni
- Architecture Dunmeri
- Portail:Magie
- Morpholithe
- Architecture du Second Empire
 
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ]  Haut


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :