Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Contes & légendes telvannī
Message Publié : 15 Mai 2016, 13:34 
Inil
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Message(s) : 197
Ce n'est un secret pour personne, les Telvannī sont friands d'histoires. Avec ou sans H, ils aiment à les compiler dans de grands et beaux ouvrages, mais également à les partager à l'occasion de veillées plus ou moins confidentielles.

La place des contes & légendes dans l'impressionnant corpus constitué aux fil des âges et des voyages est particulière. On pourrait s'attendre des sorciers, viscéralement attachés à la froide sincérité des faits, qu'ils écartent dédaigneusement les récits que la Raison seule ne saurait valider. Or il n'en est rien.
Il n'est pas rare au contraire, que des faits connus et avérés soient mystérieusement exclus des Annales les plus sérieuses. Altérés, déformés, magnifiés parfois, ils transparaissent dans les paroles d'une chanson ou d'une comptine. Ils font l'objet de légendes fantastiques et de contes rendus sciemment improbables.

Car si la vérité est précieuse, les Telvannī détestent la livrer nue, a fortiori quand elle concerne leur propre Maison. Aussi est-ce un jeu fort populaire à l'Est de Vvardenfell de tordre les trames d'une histoire avant de la livrer. À charge pour l'auditeur ou le lecteur d'en dénouer les fils pour en extraire quelque réalité historique.
 
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Contes & légendes telvannī
Message Publié : 15 Mai 2016, 13:37 
Inil
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Message(s) : 197
La pêcheuse de perles et les trois sorciers.


La Côte Opaline s'étend sur les rives déchirées de la Mer des Fantômes ; en face, à l'ouest on distingue Vvardenfell par temps clair. C'est le territoire des moladhmeshīn affiliés depuis toujours à la Belle Maison Telvanni.

Les locaux ne font pas de grands sorciers ; on en rencontre plus souvent dans les équipages des navires marchands qui cabotent autour de la Grande Île que dans les salles d'étude des Tours Champignons. Mais plus que tout, ils s'illustrent dans la pêche des conques géants qui abondent dans leurs eaux.
La nacre et les perles molhadmesh' sont aussi réputées que le talent des pêcheurs qui, sous tous les cieux, bravent la mer pour voler leurs trésors aux fonds abyssaux.

***


Jadis, il y a fort longtemps, une jeune pêcheuse de ce clan occulta brièvement l'éclat des perles les plus précieuses ; on évoquait alors ce peuple retiré sans même penser aux richesses conventionnelles exposées sur les étals ou portées aux gorges des femmes. En pays telvanni, on affirmait que les moladhmeshīn abritaient dans le secret de leurs criques la plus belle femme qui fut jamais offerte au regard des mortels.
« Un don de Meridia pour les seuls dunmers », disait-on, « une irréfutable marque d'affection des daedrā pour leurs plus fervents partisans ». Car même chez les sorciers, que l'on sait peu superstitieux, on doutait qu'il put exister pareille perfection de chair et d'âme sans l'intervention d'un seigneur d'Oblivion.

***


Le père de cette merveille n'était pas un sot. Il distribua avec parcimonie le privilège de la rencontrer et ceux qu'il invitait à sa table n'étaient jamais de simples pêcheurs ou paysans scellés à leur mer ou à leur terre. Il leur préférait les marchands, les colporteurs et les soldats itinérants, dont la voix porte loin.
Bien sûr, il ne cacha pas son intention – fort légitime pour un père – d'unir sa fille au meilleur parti qui soit. Et sous couvert de prières soupirées, juste bredouillées de peur feinte qu'elles n'inspirent la moquerie, il dressait méthodiquement le portrait du gendre qu'il convoitait : un sorcier de bonne lignée, disposé à compenser sans compter la perte d'une fille tendrement aimée.

Cette entreprise digne d'un Hlaalu rencontra le succès escompté : de relais à auberges, de camps à garnisons, l'informelle invitation fraya son chemin jusqu'aux inexpugnables tours à ombrelles qui parsèment ce beau pays. Et si la plupart des mâles sorciers en âge de convoler se targua publiquement de ne point prêter attention aux ragots de la plèbe, tous parions-le, dans l’intimité de leurs solitudes respectives, spéculaient et fantasmaient longuement sur des bribes saisies ça et là.

N'oublions pas, en effet, que tous les Telvannī qu'ils soient de noble naissance ou de moindre ascendance partagent ce vice qui, plus que tout autre, les caractérise : la curiosité. Celle-ci plus que l'or, la gloire ou le skouma frelaté emporte leur esprit pourtant forgé à la Raison vers des sommets d'audace inégalée.
 
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 message(s) ]  Haut


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :