Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Laver dans le sang.
Message Publié : 10 Avr 2014, 22:06 
Inil
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Message(s) : 2
Histoire d'Anasour Indrano

Un sentier de pavés carrés bien taillés serpentait depuis la route jusque derrière une colline bordée de champignons géants, quelques guars déambulaient ça et là. Un vent du Nord charriait un peu de cendre de Vvardenfell, le bruit de gamins jouant à la « guerre » se faisait entendre par des cris et des râles et des bruits de bois contre bois.
Deux chevaux montaient ce sentier à petite allure, le premier cavalier tenant les rênes du second destrier, son cavalier penchait lamentablement vers l'avant. Un dunmer sortit soudainement de la grande maison, regardant les deux cavaliers approchant doucement et cracha par terre.

- Par Almalexia, tu oses revenir ici blessé, tu aurais dû crever pour laver le déshonneur que tu fais peser sur la famille.

Le second cavalier essaya de se laisser glisser de sa monture mais chuta dans l'herbe au pied du dumner ; celui-ci lui asséna un coup de pied dans les côtes et du bout de sa botte le mit sur le dos.

- Sache que la Famille Indoril te tient personnellement responsable de la mort de feu ton épouse....

- C'est Père ? Lâchait un jeune dumner d'à peine sept ans. Mon oncle pourquoi revient-il ? Pourquoi est-ce qu'un Ordonnateur l'a ramené ?

L'enfant se jeta sur le pauvre bougre et le rua de coups avec ces petites mains. L'elfe à terre versait des larmes de se voir ainsi haïr par son propre fils mais ne levait pas les bras pour se protéger.

- Tu n'aurais jamais dû revenir, tu as laissé Mère mourir ! Criait le jeune, toujours martelant l'elfe à terre.
Sur ce, l'oncle rattrapa son filleul et le ramena à l'intérieur de la maison en demandant à sa femme de s'en occuper.

L'elfe moribond toussa violemment et cracha du sang.

- Ramenez-le à sa caserne. Tenez, voici quand même ces quelques Drakes pour son inhumation, malgré le mal qu'il a fait il reste de la famille. Le reste sera pour votre service et pour le Temple. Si vous pouviez le ramener à sa caserne s'il vous plait.
- Puisse le Tribunal avoir pitié de lui - priait l'ordonnateur.
- Nous continuerons de nous occuper du petit, tu peux mourir en paix... Du moins sur ce point.


Les années passaient et l'enfant grandissait, étudiant intensément, s’intéressant de tous sujets, apprit à se battre avec de nombreuses armes et techniques. Le jour de sa majorité, il choisit de rentrer chez les Ordonnateurs, qui après maintes épreuves l'accueillirent à bras ouverts. Il s'y perfectionna en combat et apprit les lois par cœur.

Lors de sa première garde, au moment de sa ronde de nuit avec son camarade, ils entendirent des cris de femelle et de môme, se mirent à courir et arrivèrent devant un groupe de bandits entrain de détrousser une argonienne et son jeune enfant.
Ils sortirent les armes et s'occupèrent vaillamment quoique brièvement des détrousseurs de basse-cours.
Lorsque tout fut fini, ils retournèrent auprès de la mère qui tenait son petit dans les bras.

- Hééé l'argonnienne, tu peux te relever et rentrer chez toi.
- Hmm Anasour, j'ai une mauvaise impression, regarde !

En effet, un filet de sang coulait dans les sillons entre les pavés à côté de la femme.
Elle ouvrit les yeux, reprit son souffle lentement et leur souffla :
- Merci de votre aide Ordonnateurs ; sans vous je serais morte ainsi que mon fils. Merssssi.....
L'enfant regarda sa mère lâcher son dernier souffle, versa quelques larmes et regarda les deux elfes. Il ramassa la bourse, le couteau de sa mère ainsi que leur sac et fixa les deux elfes sans dire un mot.

- Bon que fait-on Monsieur Anasour le premier de l'escouade, toi qui sais tout ?
- Tu vas chercher notre Sergent et tu te dépêches ; je n'ai pas envie de jouer la nounou d'un lézard.

Quelques minutes plus tard, le Sergent Moralis et l'autre garde arrivèrent.

- Sergent, que doit-on faire de ça ? Dit Anasour avec un relent de dégoût en parlant du cadavre et du petit argonien.
- La mère, un prêtre va se charger de la ramener à la tribu la plus proche et le petit... Toi qui te plains toujours de l'état de la chambre commune et bien tu n'as qu'à le garder comme esclave.


(La suite un jour prochain.)
 
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 1 message ]  Haut


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Mindas et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :